Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Geek Mexicain | 16 décembre 2017

Scroll to top

Top

[Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà 5

[Chronique] Star Wars : vers l’infini et au-délà ?

[Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà 7

 

« Star Wars » : préparez-vous, vous risquez de voir ces deux mots faire un retour, si ce n’est pas déjà le cas, dans la bouche de votre entourage d’ici peu avec la sortie tant attendue de l’épisode VIII intitulé Outre-Atlantique The last Jedi, et toujours intitulé chez nous Les derniers Jedi, quand bien même le réalisateur Rian Johnson a affirmé que le titre ne faisait référence qu’à un seul personnage, un seul dernier Jedi. 

Mais, si pour vous entendre ces deux mots est un supplice et si vous espérez qu’ils cessent vite de revenir dans les conversations, du moins jusqu’à la sortie d’un autre film, ce ne sera surement plus ou presque plus le cas. Quand aux autres, ceux sans qui une journée ne passe sans avoir pensé, écouté, lu ou prononcé ces deux mots, vous pouvez être ravis ! En effet, le studio aux grandes oreilles, Disney, détenteur de Lucasfilm depuis 2012, enchaine les annonces concernant l’univers de la Guerre des étoiles. Le moment pour nous de faire un point sur ce qui nous attend dans cette galaxie lointaine, très lointaine.

Un nouvel espoir… euh, une nouvelle trilogie 

[Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà 2

Une partie de l’équipe de Star Wars VIII avec au centre Prince Harry et Prince William

 

C’est sans doute l’une des annonces les plus importantes de ces dernières semaines.

Il y a quelques semaines, Kathleen Kennedy présidente de Lucasfilm, confiait, dans The Star Wars show, émission disponible sur Youtube, travailler sur « les dix années à venir » concernant l’univers créé par George Lucas.

Lucasfilm a annoncé, dans cette optique, la création d’une nouvelle trilogie ! Cette nouvelle trilogie sera indépendante de la saga Skywalker, la saga mythique composée des épisodes IV à VI, I à III et VII à IX dont le dernier volet sortira en 2019. Autrement dit, exit Luke, le Faucon Millénium et les nouveaux personnages introduits par l’épisode VII (Rey, Finn, etc…).

Ce que l’on ne sait pas, c’est si cette trilogie va s’articuler avec une nouvelle trilogie de la Saga Skywalker ou avec les spin-off faisant partie des « Star Wars Story » (Rogue One, Solo), auquel cas on dirait adieu aux épisodes X, XI, XII pendant un petit bout de temps.

Effectivement, cette trilogie explorera une toute nouvelle histoire avec de nouveaux personnages, de nouveaux lieux et surement une nouvelle période. Le choix est large et la matière disponible pour alimenter cette nouvelle aventure. De nombreux fans espèrent voire ainsi les histoires de l’ancienne République portée sur grand écran après une bonne exploration et un grand succès de cette période dans les franchises de jeux vidéos dérivées.

 

[Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà 6

Rian Johnson dirigeant la regrettée Carrie Fischer dans The Last Jedi

 

Aux commandes de cette nouvelle trilogie : Rian Johnson, le réalisateur de l’épisode VIII en salles le 13 décembre. Kathleen Kennedy a déclaré « nous avons tous adoré travailler avec Rian sur The Last Jedi (…). C’était une des grandes joies de ma carrière ». Une véritable vague d’enthousiasme !

Rian Johnson sera donc l’architecte de cette nouvelle trilogie, en faisant alors le George Lucas du XXIème siècle. À noter qu’il officiera également à la réalisation du premier épisode et hypothétiquement pour l’instant, des suivants.

C’est finalement en confiant les rennes d’une trilogie entière, laissant alors une page narrative blanche, que Lucasfilm surprend. On ne connait pas encore l’accueil critique qui sera réservé à The Last Jedi, ni s’il réalisera le carton de son prédécesseur au box-office, que déjà son réalisateur se voit confier l’avenir non pas d’une saga mais d’un univers dans son ensemble.

On peut espérer finalement que cela est de bonne, voire de très bonne augure pour le nouvel opus de la Saga Skywalker, ce fameux épisode VIII. Surtout qu’il s’agit du deuxième film de la postlogie et qu’il occupe ainsi dans celle-ci la même place que l’un des meilleurs Star Wars si ce n’est du meilleur Star Wars tous films confondus : L’empire contre-attaque, également deuxième volet de la trilogie originale. Une place porte-bonheur ? Confirmation en salles dès le 13 décembre.

Le film et la manière de conter les histoires de Rian Johnson semble avoir conquis le coeur des pontes de Lucasfilm et plus notamment de Kathleen Kennedy et de Bob Iger, grand manitou de Disney. Et cela n’est pas une mince à faire, en témoigne les « évictions » en chaine des réalisateurs impliqués sur certains opus de l’univers Star Wars (Phil Lord, Christopher Miller, Colin Trevorrow). On ne peut donc attendre de The Last Jedi qu’il soit incroyable, exceptionnel et surtout surprenant ! On en a encore plus l’eau à la bouche après la bande annonce mystérieuse dévoilée il y a quelques semaines et les nombreux spots TV dévoilés chaque semaine.

L’Empire contre-attaque… euh, Disney contre-attaque

 [Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà 5

 

 

Le studio aux grandes oreilles n’a pas dit son dernier mot concernant sa volonté de monopole sur l’industrie cinématographique et télévisuelle. Aucun concurrent ne semble résister aux volontés d’expansion de Bob Iger. Après Marvel, Pixar, Lucasfilm et d’autres encore, des rumeurs circulent concernant l’acquisition de la 20th Century Fox dont tout le monde connait les notes de musique résonnant au début de chaque production du célèbre studio hollywoodien.

Si les rumeurs s’avéraient vraies, les deux premières trilogies Star Wars reviendraient ainsi à la maison aux grandes oreilles (« Chewie, on est à la maison ») qui pourrait alors exploiter l’ensemble des productions cinématographiques de l’univers de George Lucas, tant en produits dérivés qu’en coffrets vidéo. Money, money, money comme le dirait ABBA. On peut aussi ajouter que la Fox détient les droits des X-Men, de Deadpool, d’Avatar et d’autres franchises très lucratives permettant ainsi des rencontres super-héroïques au sommet et encore plus de money, money, money ! Affaire à suivre.

 

[Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà 1

Bob Iger, patron des studios Disney

 

Mais ce n’est pas tout ! En effet, Bob Iger a défrayé la chronique (du moins la chronique spécialisée) en annonçant la création d’une plateforme de streaming en 2019. En effet, Mickey n’aime pas partager la gloire et semble voir d’un mauvais oeil l’hégémonie de Netflix, firme toute puissante au pays du streaming, d’autant plus quand cette firme possède les droits d’exploitation des productions du catalogue Marvel et Disney.

Ainsi, elle a décidé de lancer une machine de guerre appelé Netflix’s killer par les spécialistes, l’assassin de Netflix pour les moins anglophones d’entre nous. C’est à dire ? Une plate-forme de streaming type Netflix regroupant l’ensemble du catalogue Disney, Marvel et cie, le tout à un prix moindre que celui de la plateforme rouge. Ce qui signifie que Mickey va récupérer les droits concédés à Netflix, qui va perdre l’ensemble d’une partie de son catalogue. Et on voit en quoi le rachat de la 20th Century Fox est un coup de plus vers la destruction (à prendre dans un sens modéré, un léger coup tout au plus) de Netflix, puisque la plateforme perdrait également de nombreux films et séries produits et exploités par cette dernière. Les droits détenus par le studio aux grandes oreilles sont déjà importants mais le seraient d’autant plus avec une telle acquisition.

 

[Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà

Ce que certains appellent Netflix’s killer ou Disflix

 

Et là vous vous dites que finalement, Netflix ce n’est pas qu’un catalogue de produits Disney et de la 20th Century Fox. Oui, vous n’avez pas tort, et vous pensez surement aux fameux « Original Netflix » qui sont parfois de véritables pépites télévisuelles : Stranger Things, The Crown, Orphan Black et j’en passes. Oui, effectivement c’est le véritable moteur de Netflix. Mais si on y a pensé, ne vous faites pas d’illusions, Disney y a aussi pensé.

Et c’est pourquoi cette nouvelle plateforme sera le lieu d’accueil de productions originales Disney et notamment de séries originales. Et je vous le donne en mille, quelles sont les premières productions à avoir été annoncées ? Des séries sur des univers tels que : High School Musical, Monstres et Cie, mais surtout une série live-action Star Wars. En effet, une série Star Wars va enfin voir le jour après ces nombreux projets laissés à l’abandon dont le fameux Star Wars Underworld de George Lucas. Cela risque de faire venir du monde sur la plateforme si la qualité est au rendez-vous ! La Force aura de quoi concurrencer Eleven ! Même si il semble plus probable que les adeptes du streaming et du binge-watching décident d’investir dans les deux plateformes ! Autrement dit : à vos porte-monnaie ! Et merci Mickey, qui au passage étend son Empire sur le monde audiovisuel !

Le retour du Jedi… euh, le retour des reshoots

[Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà 8

Présentation du futur de la franchise Star Wars en 2015

 

Depuis 2015 et la résurrection de la franchise au cinéma avec la sortie de l’épisode VII, Lucasfilm a décidé de sortir un film Star Wars chaque année. Et le choix a été fait sur une alternance entre la saga Skywalker et les « Star wars story », spin-off centrés sur un évènement ou un personnage de l’univers Star Wars dont Rogue One fût la première création. En mai 2018, sortira la deuxième story centré sur le plus célèbre contrebandier de l’espace : Han Solo. Intitulé sobrement Solo, il racontera les aventures du héros et de Chewie avant leur rencontre avec les Skywalker.

 

[Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà 4

Solo, a reshoot story ?

 

Cependant, si ce dernier s’annonce comme une comédie d’aventure fun et rythmée, à l’image  du personnage, force est de constater que sa production n’a pas été de tout repos. En effet, on l’évoquait tout à l’heure, les deux premiers réalisateurs attachés au projet, à savoir Christopher Miller et Phil Lord, ont été évincés en plein tournage du projet en raison de « divergences artistiques » avec l’exécutif de Lucasfilm. C’est donc Ron Howard, réalisateur de la saga Robert Langdon au cinéma  (Da Vinci Code, Anges et démons, Inferno ) qui a été appelé à la rescousse pour terminer le tournage du long-métrage. Finalement, aux dernières nouvelles et après les nombreuses photos de tournage poster par le nouveau réalisateur, ce serait presque 80% du film qui aurait été retourné, re-shooté, faisant alors exploser le budget initial.

 

[Chronique] Star Wars : vers l'infini et au-délà 3

Rogue One, a star wars story

 

Les reshoots sont monnaie courante à Hollywood, quand à la suite d’un premier montage ou d’un premier visionnage par un panel test le produit ne plait pas, ne convient pas aux attentes des studios. Il s’agit alors de repartir en tournage afin de filmer de nouvelles scènes, de nouvelles parties de l’histoire ou bien encore de modifier certaines scènes déjà tournées. C’est un véritable syndrome puisque pratiquement tous les blockbusters passent par là. Cela peut s’expliquer par la volonté des studios de ne pas se rater face à l’investissement qu’un tel film représente. Dans le Hollywood contemporain,  l’échec n’est plus une option et un studio peut y perdre ses plumes. La 20th century fox se souvient encore du reboot des 4 fantastiques en 2015.

Mais là où les reshoots peuvent servir à éviter au maximum le naufrage pour certains long-métrages, parfois ils permettent à un film de changer complètement de visage et d’en faire un véritable succès public et critique. En démontre l’histoire de Rogue One, première Star Wars story réalisée par Gareth Edwards. Le film était parti en reshoot et il en est sorti un résultat plus que convenable, au point que le film a connu un véritable succès critique et public. Le reshoot a été positif et bien exécuté par le studio aux grandes oreilles. On se demande même s’ils n’ont pas complètement modifié le film initial pour en faire le résultat que l’on connait ! À se dire que le premier résultat devait être beaucoup moins bon…

C’est pourquoi les reshoots de Solo, s’ils suivent l’exemple de leur grand frère, pourraient s’avérer être une très bonne nouvelle pour la qualité du spin-off prévu pour mai. Il faudra attendre la fin du montage et de la campagne promotionnelle de Star Wars VIII pour avoir les premières infos de la part du studio !

En tout cas, deux Star Wars story, deux sessions de reshoot ! Finalement les spin-off de Star Wars semblent être obligés de passer par là et si tous sont de la trempe de Rogue One, alors ce n’est qu’un mal pour un bien. On finit même par se demander si le film, retourner à 80% ne devrait pas s’intituler Solo, a reshoot story.

Le mot de la fin :

Ainsi Disney semble continuer d’étendre ses tentacules sur le monde audiovisuel. Comme le dirait le plus grand ranger de l’espace, jusqu’où iront-ils, vers l’infini et au delà ? En tout cas, cette expansion semble être piloté par leur vaisseau mère : Star Wars. Mais à trop tirer la corde, ne finira-t-elle pas par casser ?

L’évènement que constituait un projet Star Wars ne va-t-il pas devenir qu’une simple date dans le calendrier au même titre que n’importe quel autre film. Se développer sur l’enthousiasme que provoque un univers c’est bien, l’épuiser par ce biais, c’est beaucoup moins bien… D’autant plus, qu’une seule erreur parmi l’ensemble des projets et le spectateur pourrait vite bouder ce qui suit, tel un effet domino. Bref, quoiqu’il en soit Disney, que la Force soit avec toi !

Afficher les anciens commentaires

Geek Mexicain utilise les cookies pour optimiser votre expérience sur ce site.

[Chronique] Star Wars : vers l’infini et au-délà ?

Durée : 14 min