Cinéma & Séries Culture

[Critique] Le Jeu - Une comédie à suspense addictive !

UGC Lille, 5 octobre 2018. C’est en entrant dans une salle comble qu’il va falloir essayer de dégoter une place pour pouvoir visionner le nouveau film de Fred Cavayé, dont la présence en fin de projection et celle de l’acteur « principal » Stéphane De Groodt semble avoir déplacée la foule lilloise. Après un arrangement entre spectateurs conscients des difficultés rencontrées (pourquoi toujours cette place d’écart entre chaque groupe de personnes ? Vous avez 4 heures), nous avons pu nous installer confortablement, quoique l’espace inter-sièges a été pensé pour une personne de petite taille de préférence, ne souhaitant pas changer de position durant l’intégralité de la séance. Bref, après ces quelques plaintes d’un cinéphile parfois mécontent de l’espace dans lequel il évolue, il est enfin temps de parler du film à proprement parler : Le Jeu, en salles le 17 octobre.

Le point synopsis

Avant tout débat, il est l’heure du petit point synopsis. Pour faire clair et concis, lors d’une soirée entre amis, dont trois couples et le célib’ de la bande, alors que les conversations en viennent à tourner autour du téléphone portable et de la confidentialité de celui-ci au XXI ème siècle, l’un d’entre eux ou plutôt l’une d’entre eux, propose de faire un petit jeu entre amis. Pas de Monopoly, ni de Uno en vue, si on peut véritablement appelé cela des « jeux », je reformules, pas de Dice Forge ou de Chronicles of Crime (à posséder absolument), mais un jeu dont chaque individu possède aujourd’hui le pion à savoir le téléphone portable. Le jeu consiste ensuite à poser les téléphones au centre de la table et à lire à voix haute, répondre en haut parleur ou partager à l’ensemble des individus, tous les appels, photos, messages, notifications reçues, sans possibilité de joker, le tout avec le consentement de tous les individus. Si certains étaient réticents, tous finissent par accepter et vous l’aurez compris les choses ne vont pas se passer comme prévues, du moins pour certains…

L'histoire

Adapté d’un film italien dont il reprend l’idée principale, le film de Fred Cavayé en est néanmoins une interprétation personnelle et remodelée à sa façon de concevoir et de voir le cinéma. Le film débute sur une phrase à l’écran, qui plus ou moins dit ceci : merci d’éteindre votre téléphone portable, vous comprendrez pourquoi à la fin. Inhabituelle comme accroche mais prometteuse, on est directement plongé dans l’ambiance. La barre est fixée dès le départ, mais comme toute comédie, il faut ensuite réussir à la placer plus haut à chaque minute du film sans jamais descendre en dessous, auquel cas les foudres du spectateur critique se feront ressentir derrière le clavier du téléphone à la fin de la séance… « Dans quel monde vit-on ? » dirons les anciens et les moins anciens. Et c’est justement ce que réussit à faire Fred Cavayé dans ce film : mettre la barre comique un petit peu plus haut à chaque moment du film.

[Critique] Le Jeu - Une comédie à suspense addictive ! | Quel téléphone sonnera en premier ? À qui le tour ? - Copyright Mars Film

Quel téléphone sonnera en premier ? À qui le tour ? - Copyright Mars Film

De dialogues ciselés, base solide de toute comédie, à situations cocasses voire vaudevillesques, rendant hilares les spectateurs, le cahier des charges est largement respecté. On peut ajouter à cela quelques running gag plaisants et placés au bon moment. Cela permet peut être même de redonner des lettres de noblesse à ce genre souvent qualifié de « populaire » qu’est la comédie française, notamment dans une année 2018 morose de ce point de vue là…

Mais, au delà de remplir le cahier des charges, Fred Cavayé le change et le façonne dans un style différent. Il créé ce que l’on pourrait appeler la comédie à suspense, comme un melting pot dans lequel il ferait l’équation de ses productions précédentes pour lesquelles il avait oscillé entre polar et comédie. Ici, le film se veut drôle dans ses dialogues et situations mais le comique repose également sur l’attente du spectateur. Il faut le dire noir sur blanc, on attend à chaque fois la nouvelle sonnerie, le nouveau message, oubliant alors le précédent pour mieux nous plonger dans les conséquences de celui-ci et ainsi de suite jusque la dernière minute du film. Il créé cette expectation de la situation comique qui est parfois plus plaisante que la situation elle-même. On se plait à deviner le message suivant et on s’imagine tout ce qui peut arriver, sourire en coin. C’est un véritable tour de force en son genre. Il arrive d’ailleurs même parfois à provoquer de l’inattendu, mais également à nous faire intérioriser une idée pour la faire ressurgir quelque temps après.

[Critique] Le Jeu - Une comédie à suspense addictive ! | Une joie communicative... au départ ! - Copyright Mars Film

Une joie communicative... au départ ! - Copyright Mars Film

Le second tour de force mise à part une comédie réussie qui atteint son but (et c’en est véritablement un), repose sur la façon dont Fred Cavayé arrive à insérer dans ce récit comique des moments d’émotions, de tensions et de confrontations ainsi que des réflexions contemporaines sur des sujets d’actualité, les messages n’étant pas toujours acceptés ou acceptables par les proches du destinataire ; et n’étant au final qu’un prétexte au scénariste pour parler de ses personnages.

Ainsi une autre dimension est donnée au récit, qui plus que la farce donne à réfléchir sur certains points aux relations que nous avons avec nos téléphones et avec nos proches, ce dernier étant qualifié par une protagoniste de « boite noire ». Le téléphone étant dans chacune de nos poches, c’est l’objet universel par excellence, et de ce fait le film touche donc tout le monde et montre les travers que peut constituer le cellulaire, sans jamais porter de jugement de valeur ou morale, ce qui est également appréciable. Chacun est libre de faire sa propre opinion. Surtout, il insère un petit twist à la toute fin du film qui met en exergue sa réflexion, véritable trouvaille scénaristique dépaysante dans une comédie, mais qui a son charme pour le démarquer encore plus d'un simple film comique. Il aurait pu nous livrer le diamant à l’état brut mais à préférer le tailler délicatement. Cela ressort d’ailleurs encore plus des justifications qu’il apporte sur ses choix, en fin de séance et qui montrent que tout a été pensé et réfléchi : chapeau bas l’artiste !

La réalisation

À l’instar du film « Le Prénom », auquel il sera sûrement comparé dans sa forme et son ton (alors même qu’il s’en diffère largement), le film se déroule en huis clos, dans l’appartement d’un couple d’amis, telle qu’une pièce de théâtre a généralement lieu. Le genre est souvent difficile à mettre en forme, les espaces réduits et la possibilité de rapidement tomber dans la facilité au niveau plan et prises de vues étant indéniables. Au contraire, Fred Cavayé prend ici le contrepied des contraintes pour les transcender et nous faire oublier le huis clos en jonglant entre la cuisine, la table, l’extérieur et le ciel nocturne. Cela permet de donner de véritable bol d’air frais au cours du récit.

[Critique] Le Jeu - Une comédie à suspense addictive ! | Le réalisateur Fred Cavayé sur le tournage - Copyright Mars Film

Le réalisateur Fred Cavayé sur le tournage - Copyright Mars Film

D’ailleurs, même durant les scènes de repas, la caméra change d’angle, de plan et permet toujours de saisir le bon plan au bon moment. Et là où il excelle, c’est lors des réceptions de messages ou d’appels, où la caméra passe d’un protagoniste à l’autre, chacun avec sa réaction face au contenu du message. Le tout semble naturel et couler de source comme le dit l’expression populaire. C’est dynamique, parfois enragé, mais ça match avec l’ambiance du film qui va toujours de l’avant. Il sait également tirer ressources des écrans entourant les personnages pour parfois incruster la caméra dans ceux-ci, la scène du selfie étant déjà culte. Dans son travail de réalisation, Fred Cavayé anticipe également la réaction de la salle, laissant parfois des « blancs », laissant le spectateur rire, avant de reprendre le fil de l’histoire.

Le jeu d'acteurs

Enfin, et surtout, il sait tirer profit des têtes d’affiche qu’il a réussi à rassembler autour de la table. On rêverait tous de participer à ce diner : Stéphane de Groodt, Roschdy Zem, Bérénice Béjo, Vincent Elbaz, confirment leur immense talent comique auxquels s’ajoutent de belles surprises comme celle de Grégory Gadebois, le célibataire de la bande, de Doria Tillier ou de Suzanne Clément, auxquels le réalisateur laisse la place qu’ils méritent. Et contrairement à de nombreux films où les individus se partagent l’affiche, aucun ne ressort véritablement du lot, chacun ayant son rôle à jouer. Il y a une sorte d’égalité de traitement et d’entente entre chacun des acteurs qui fait que chacun semble avoir la place qui est la sienne, ni plus, ni moins importante que celle de l’autre. Ils se partagent l’affiche comme cela se fait rarement et finalement fonctionne comme une troupe de théâtre qu’il est plaisant de voir en action.

[Critique] Le Jeu - Une comédie à suspense addictive ! | La scène du selfie, dites Cheese ! - Copyright Mars Film

La scène du selfie, dites Cheese ! - Copyright Mars Film

Bien sûr, chacun aura sa préférence pour un protagoniste ou un autre, mais aucun ne sera dénigré. De plus, force est de constater la palette de jeu de chacun de ces derniers. Ils sont capables de nous surprendre, notamment Stéphane De Groodt, dans des registres sur lesquels personne ne les emmène jamais. Mais surtout, ils servent le scénario, l’histoire du film. Ils y croient et cela se sent. On parlait plus haut des dialogues ciselés, qui ne peuvent à eux seuls suffire. Encore faut il que la partition soit jouée correctement et que les silences soient interprétés comme il se doit. Et c’est le cas, une partie du comique reposant sur les simples réactions des personnages, les sentiments qui les traversent sans aucune parole. Ils nous font passer leurs émotions au travers de simples regards, de simples mimiques. D’ailleurs, toute une partie de la compréhension de l’histoire repose sur ses non-dits, mais on ne vous en dira pas plus…

The conclusion

En conclusion, il faut donc retenir qu’en réalisant une comédie à suspense, Fred Cavayé nous entraine dans ce diner pas comme les autres où chaque minute qui passe, laisse le spectateur sur sa faim de connaitre celle d’après. Si la fin pourra en laisser certains dubitatifs, le film en soit permettra de réfléchir à l’usage de nos téléphones mobiles dans une société de plus en plus connectée. Et la prochaine fois, les protagonistes diront surement « on s’en fout, on n’y va pas » à ce diner ! En attendant, vous, courrez dans les salles dès le 17 octobre pour vous régaler dans ce film d’une justesse de jeu et de réalisation à couper le souffle ! Driiiiing...

Affiche - Le Jeu Le Jeu 9

    Personne n'a encore commenté cet article, à vous de jouer !

Les commentaires sont soumis à la modération, ils n'apparaîtront pas immédiatement.