Cinéma & Séries

[Critique] Lucky Man - Contrôler sa chance, malédiction?

Lucky Man est une série britannique tout récente réalisée par un des grands nom du monde des Comics : Stan Lee. Et du haut de ses 93 ans, le quasi papa des supers héros Marvel s'est éloigné du monde héroïque pour aller taper un peu dans le fantastique et le policier avec cette série d’enquête pas comme les autres...

Buena suerte!

Harry Clayton est un détective de la police londonienne au bout du rouleau. Il est accro au jeu, ce qui lui a déjà couté son mariage et sa fille, mais il s'entête. Un jour il perd une nouvelle fois une forte somme d'argent dans un casino et s'endette fortement auprès de personnes peu recommandables. Mais alors qu'il est au bort du gouffre une jolie fille l'aborde et de fil en aiguille il finit par l'amener dans son lit. Le lendemain matin il se réveille, la fille est partie et il a au poignet un étrange bracelet bien trop petit pour être passé par sa main et pour être enlevé... Harry va vite se rendre compte que ce bracelet lui permet en effet de contrôler sa chance. Et si c'est une capacité vraiment géniale, ça va aussi lui attirer pas mal d'ennuis, car un homme de l'ombre nommé Golding est à la recherche du bracelet, et il n'hésite pas à tuer... En parallèle au commissariat quasiment tout le monde se ligue contre Harry car sa tendance à fonctionner en free-lance et sa nouvelle chance monstrueuse lui valent pas mal de problème et d'antipathie de ses collègues. Et le héros va se retrouver coincé au milieu de plein d'intrigues et se retrouver la cible de beaucoup de personnes mal intentionnées, et un bracelet de chance risque de ne pas être suffisant.

[Critique] Lucky Man - Contrôler sa chance, malédiction? 1

Enquête et fantastique sont au programme pour ce policier au bout de la route

Long, mais pas désagréable

Lucky Man est une série qui mélange de façon habile et subtile le fantastique et le genre de l’enquête policière. La partie policière est très britannique, c'est à dire plusieurs enquêtes liées entre elles qui durent toute la saison (pas comme le style américain où un épisode = une enquête), ce qui permet une certaine fluidité et évite de tomber dans les clichés et le soap opéra. La série reste cependant assez longue à démarrer en dépit du fait qu'elle soit assez courte (12 épisodes pour la première saison). Les derniers épisodes sont par contre clairement au dessus du reste, et même si l'épilogue est un peu rapide car la série a été renouvelée, une fois passé les 5 premiers épisodes le plus dur a été fait et tout s'enchaîne assez vite. Il y a aussi quelques scènes d'actions et de tension plutôt sympathiques. La partie fantastique quant à elle est assez inégale. Le concept de pouvoir contrôler sa chance n'est pas idiot, mais ça peu vite se transformer en un personnage complètement craqué qui esquive littéralement le scénario. Mais là ça va parce que la chance est considérée un peu comme de l'énergie, c'est à dire qu'il faut en prendre dans l'entourage pour que ça fonctionne. Et c'est une super idée parce que ça pose une limite d'utilisation vraiment bien pensée. Dommage que vers la fin cette idée soit complètement mise de côté. Mais la série ne fait pas super-héros et conserve une très grande part de réalisme, c'est agréablement bien dosé.

[Critique] Lucky Man - Contrôler sa chance, malédiction? 2

Parfois avoir de la chance ne suffit pas...

Conclusion

Stan Lee's Lucky Man est une série d'enquête policière sans grande prétention mais qui essaie de sortir un peu des canons du genre en rajoutant un peu de fantastique pour servir son intrigue. Cela passe par le concept de pouvoir agir sur sa chance à volonté, ce qui n'est vraiment pas une idée stupide mais qui est au final assez peu exploitée. Associé à un démarrage qui peut être perçu comme vraiment très lent pour certaines personnes, la série ne mettra pas tout le monde d'accord, mais se laisse regarder. Une saison 2 est prévue, et moi je dis pourquoi pas.

    Personne n'a encore commenté cet article, à vous de jouer !

Les commentaires sont soumis à la modération, ils n'apparaîtront pas immédiatement.