Cinéma & Séries

[Critique] Narcos - À la poursuite de Pablo Escobar

Décidément c'est dans l'air du temps. J'ai parlé il y a quelque jours du film Infiltrator, qui racontait l'histoire d'un agent de la DEA qui infiltrait sous couverture la partie économique du premier cartel de drogue de l'histoire, celui fondé par Pablo Escobar, le cartel de Medellin. Mais Infiltrator ne s’intéressait qu'à la partie économique, et du côté Étasunien du cartel, alors que la majeure partie du problème se situait en Colombie. La série Narcos diffusée par Netflix depuis 2015 pallie en quelque sorte le manque, en racontant de manière un peu romancée l'histoire de cet homme qu'était Pablo Escobar, dit Don Pablo.

Plata o Plomo

Dans les années 70, Pablo Escobar est alors un jeune contrebandier de 20 ans qui trafique de tout, par la route. Mais c'est un boulot dangereux, car l'état Colombien tente de remettre le pays en état, de manière assez intransigeante. Sur les conseils de quelques amis, il se met à produire de la cocaïne, qu'il fait passer par avion en Floride. Et il commence à gagner de l'argent. Beaucoup d'argent. Il devient millionnaire à l'âge de 22 ans, et commence à gagner tellement d'argent qu'il est obligé d'en enterrer plusieurs tonnes dans tout le pays.

Mais la DEA (l'agence anti-drogue américaine) voit d'un mauvais œil les dizaines de jeunes américains qui meurent d'overdose dans les rues chaque nuit. Du coup ils envoient plusieurs agents en Colombie pour attraper la tête du serpent. Au départ la poursuite est essentiellement juridique, car tout le monde sait qui est à la tête du cartel. Puis la guerre devient politique, parce que Pablo n'est pas qu'un tueur avide d'argent comme il souvent dépeint, mais un homme qui aime son pays, et qui a failli en devenir le président.

[Critique] Narcos - A la poursuite de Pablo Escobar 1

À la santé du cartel de Medellin.

Mais l'homme a aussi le sang chaud, et suite à des déconvenues, il va utiliser son armée de près de 3000 sicarios (ses hommes de main) pour réaliser plusieurs séries d'attentats meurtriers, qui vont secouer le pays et les autorités pendant plusieurs années. Les rues vont se transformer en véritable terrain de guerre, vraiment bien retranscrit dans la série par ailleurs, et ce jusqu'à la déchéance du parrain et à sa mort en 1992. Parce que oui, spoiler alert, Pablo Escobar meurt dans la série !

Une tentative de documentaire romancé

Bien évidemment la série ne retrace pas exactement l'histoire de Pablo Escobar, c'est Netflix pas Arte. Donc de nombreux passages et personnages ont été inventés pour le bien scénaristique de la série. Mais du coup la partie historique s'en ressent un peu, surtout pour les connaisseurs de la période. Les caractères de certains personnes ont aussi été changés, notamment celui de Pablo, qui est beaucoup moins calme et réfléchit qu'il semblait l'être selon son fils.

Fils d'ailleurs qui tenait à mettre son grain de sel dans la série et vérifier que tout colle bien. Et bien ce n'est pas vraiment le cas. Les grandes lignes et événements importants sont respectés, pas forcément dans leur déroulement mais dans leur résolution. Seulement le fils d'Escobar, Sebastian Marroquin, annonce avoir repéré 28 erreurs plus ou moins grosses, dont on peut sans doute présumer la véracité. Il déclare par ailleurs "Au nom de mon pays et en l’honneur de la vérité des faits survenus entre les années 80 et 90, je me vois dans l’obligation de présenter de très graves erreurs d’une série qui s’autoproclame comme véridique.". C'est sûr c'est un peu dommage pour une série qui se veut historique.

[Critique] Narcos - A la poursuite de Pablo Escobar 2

La DEA fait alliance avec l'armée de Colombie.

Après cela n'a pas empêché la série d'être un gros carton surprise pour Netflix qui a donc commandé une 3ème et 4ème saison. Sauf que je trouve ça un peu dommage de tirer comme ça sur la corde de la réussite. Certes la série est très bonne malgré ses différences avec la réalité, et même si elle ne s'appelle pas Pablo Escobar mais Narcos, je trouve que chercher ensuite à raconter l'histoire des cartels qui ont pris la place ça va être un peu lourd. Il n'empêche que la série a d'énormes qualités, notamment le fait qu'elle est quasiment qu'en espagnol, ce qui est très appréciable dans un contexte d'américanisation des histoires. Les nombreuses images d'archives qui parsèment la série sont aussi super cool.

Conclusion

Narcos est vraiment une super série et une petite surprise qui arrive à mélanger histoire de la drogue et légère fiction. Même si elle n'est pas parfaite aux yeux des historiens, elle reste très agréable à regarder, en tout cas pour ses deux premières saisons. Après je ne sais pas trop ce qu'elle peut devenir par la suite, à voir.

    Personne n'a encore commenté cet article, à vous de jouer !

Les commentaires sont soumis à la modération, ils n'apparaîtront pas immédiatement.